Mandulis, la startup qui transforme les déchets agricoles en biomasse

« Les besoins sont énormes en Ouganda. Sur une population de 40 millions d’habitations, 32 millions n’ont pas accès à l’électricité. En la produisant grâce à l’agriculture, nous permettons aux agriculteurs de valoriser leur travail tout en gagnant mieux leur vieIls bénéficient aussi d’une énergie à bon prix ». Peter Nyeko, cofondateur de la start-up ougandaise Mandulis Energy, n’a pas besoin d’en faire beaucoup pour convaincre de l’utilité du système que sa société a mis en place dès 2014.

C’est à partir de la biomasse des déchets agricoles des productions de maïs, riz ou cacahuètes qu’est produit un gaz synthétique qui va lui-même être transformé en électricité pour alimenter, à terme, 1 500 fermes installées dans le nord du pays. Puissance produite : 250 kW.

Le reste prend la forme d’un « bio-charbon ». « Les fermiers peuvent ainsi l’utiliser pour cuisiner chez eux », se félicite Peter Nyeko, qui insiste sur l’aspect « circulaire » de cette économie sous forme de deal gagnant-gagnant. « Les grosses usines, Lafarge ou autres, peuvent l’utiliser. C’est tout de même mieux que de couper les arbres pour faire du charbon » !

500 kW pour 100 000 bénéficiaires

Soutenue par le Fonds TOTAL Access to Energy, Mandulis Energy poursuit son développement. À moyen terme, la startup espère équiper seize villages en installations de 500 kW, pour environ 100 000 personnes raccordées à l’électricité.

La start-up ne compte pas s’arrêter aux frontières ougandaises et envisage d’exporter son savoir-faire dans d’autres pays à forte dominante rurale où l’accès à l’électricité est difficile.

Pour rappel, Mandulis Energy a déjà obtenu le prix « Viva Technology Africa Tech Blockchain for Energy Prize ». A la clé, l’opportunité de développer un projet blockchain avec Total et Vinci Energies.

 

📝 Source : La Tribune Afrique

Partager ce contenu sur :