Sahel : la BAD promet 6,5 Md $ pour l’initiative de la Grande muraille verte en 5 ans

Lors d’un forum en marge du « One Planet Summit » qui s’est tenu le lundi 11 janvier 2021, la Banque africain de développement (BAD) a promis de mobiliser 6,5 milliards de dollars en 5 ans pour le financement de l’initiative de la Grande muraille verte dont le but est de stopper l’avancement du désert dans le sahel africain.

C’est l’une des principales annonces du One Planet Summit qui s’est tenu ce lundi 11 janvier 2021 en ligne. La Banque africaine de développement (BAD) renouvelle son soutien à l’initiative de la Grande muraille verte en promettant un investissement de 6,5 milliards de dollars sur 5 ans. Le plan de la Grande muraille verte consiste à planter une mosaïque d’arbres, de prairies, de végétation et de plantes sur 8 000 kilomètres de long et 15 kilomètres de large à travers le Sahara et le Sahel pour restaurer les terres dégradées « et aider les habitants de la région à produire une nourriture adéquate, à créer des emplois et à promouvoir la paix ».

Mais la mise en œuvre de cette initiative de l’Union africaine se heurte à l’absence de financement. D’ailleurs, la BAD estime que le manque de ce financement représente la principale contrainte à la mise en œuvre du projet. Néanmoins, « des partenaires multilatéraux de développement se sont joints à la BAD pour aider à mobiliser un financement en faveur de cette initiative promue par l’Afrique, qui vise à restaurer les paysages désertiques actuels, en assurant la sécurité alimentaire, en créant des emplois et en incitant des millions d’Africains, du Sénégal à Djibouti, à rester dans la région du Sahel », indique la BAD.

 

Le soutien d’autres partenaires au développement

Selon la BAD, les 6,5 milliards de dollars mobilisés permettront de mettre en œuvre une série de programmes de soutien à la Grande muraille verte, en s’appuyant sur des sources de financement internes et externes, notamment du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (Sefa), le Fonds vert pour le climat (FVC) et le Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Lors du One Planet Summit co-présidé par le chef de l’État français Emmanuel Macron et Prince de Galles, la BAD a aussi incité les autres partenaires au développement à se joindre à l’initiative de la Grande muraille verte qui selon elle, est plus que nécessaire dans une région du Sahel très impactée par la sécheresse et qui doit faire face à une insécurité grandissante.

« La Grande muraille verte est un mur qui vaut la peine d’être construit. Un mur qui rassemble les populations, et non un mur qui les sépare. Un mur qui met à l’abri, et non un mur qui isole. Un mur qui protège notre existence collective. Un mur pour l’environnement — un mur pour la planète », a plaidé Akinwumi Adesina, le président de la BAD.

 

La création de 10 millions d’emplois verts

Outre la séquestration de 250 millions de tonnes de carbone, la Banque africaine de développement estime que l’initiative de la Grande muraille verte aura d’autres retombées notamment la création de 10 millions d’emplois grâce à la restauration de 100 millions d’hectares de terres dégradées dans les 11 pays de la région sahélo-saharienne (Gambie, Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Éthiopie, Érythrée et Djibouti).

Pour mémoire, l’initiative de la grande muraille verte reçoit le soutien de la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Union européenne (UE) ou encore le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

 

📝 Source : Afrik21

Partager ce contenu sur :